Le petit monde de Mr Géranium

Publié le par Marmotte

Le petit monde de Mr Géranium

Le géranium est une plante qui vit le plus souvent dans des jardinières.

Un petit espace de vie mais néanmoins suffisant.

Il s’enracine dans quelques cm²...

 

Madame-la-directrice me mets en charge d’un nouveau dossier : Mr géranium.

Il vit dans un des petits villages à moins de 10km de notre centre ville.

Monsieur est sous tutelle, il faudra lui faire les courses une fois par semaine et un peu d’entretien. Je suis chargée également de remonter tous ses besoins car monsieur ne demande jamais rien, me précise madame-la-directrice, de manière à ce qu’elle puisse prévenir la tutelle et que, toutes ensemble, nous fassions le nécessaire.

 

Je me rends chez ce nouveau trésor un mardi en début d’après midi. Je trouve la rue facilement, le petit immeuble également. Confiante, me voici dans l’entrée face aux boites aux lettres.

Problème : L’étage ne m’est pas précisé sur l’adresse qui m’a été fournie ! Au départ je pensais qu’il s’agissait d’une petite maison, du coup je n’ai pas pensé à demander plus de précisions à Myrtille.

 

Je gravis les trois étages puis les redescend, je regarde sur chaque porte si le nom est indiqué, demande à un jeune homme croisé au hasard dans l’escalier et je dois me résoudre à déranger Myrtille pour quelque chose qui, comme souvent, aurait pu être évité ! Je perds du temps et je râle. Je vais aussi faire perdre du temps à cette dernière et franchement elle a déjà bien assez à faire !

 

- Allo, bonjour, Myrtille ?

- Oui Marmotte, ça va ?

- Oui, enfin bon, désolée de te déranger mais voilà : Je ne trouve pas l’étage de Mr Géranium. Cela n’est pas indiqué sur mon planning ; Pas de nom sur les interphones non plus et 10 minutes que je tourne ! (je souffle).

- Ah ok, alors attends, je regarde ça et je te dis ; Je vais essayer de téléphoner à Mr Géranium.

 

J’attends, en effet, puisque je n’ai pas le choix mais je suis franchement agacée. Myrtille me reprend :

 

- Alors, en fait, nous n’avons pas son numéro, juste celui de la tutelle… Je vais voir si je peux joindre la collègue qui y est allée la semaine dernière.

 

Je n’en reviens pas ! Mais quel trafic pour un étage bon sang ! Il suffisait de noter toutes les indications dès la prise en charge du dossier, c’est pourtant pas compliqué !!! J’avoue être parfois un peu exaspérée par ces chasses aux trésors car le temps file et je n’ai pas de temps à perdre, et pour le coup, nous sommes début décembre ; Il fait froid et je n’ai pas très envie de rester là, à sentir mes membres s'engourdir !

 

Enfin Myrtille a pu joindre ma collègue, c'est une chance ! Mr géranium est au rez-de-chaussée et il se trouve que je suis juste en face de sa fenêtre depuis tout ce temps ! Je la remercie et je m’excuse encore une fois pour le dérangement, d’autant que je sais qu’elle doit gérer ce genre d’appels plusieurs fois par jour, ce qui me semble vraiment une aberration…Bref, je frappe à la porte qui ne tarde pas à s’ouvrir.

 

Il est vrai qu’à ce moment précis, malgré mon réflexe de dire bonjour tout en sourire, je suis encore sous le coup de l’énervement…Et là, derrière cette nouvelle porte qui s’ouvre pour la première fois, il y a Mr Géranium qui me sourit timidement, très gentiment, avant de me dire bonjour. Mon agacement retombe comme un soufflé, comme par magie, envolé.

 

Il me fait entrer :

 

- Bonjour Mr Géranium, je suis l’intervenante de l’Aquarelle. C’est moi qui viendrai dorénavant tous les mardis.

 

Il hoche la tête. Il a l’air tellement gentil et doux. C’est un homme pas très grand, un peu rond avec les cheveux poivre et sel au carré. Il ne me semble pas très vieux et d’une simplicité déconcertante.

 

Je jette un coup d’œil rapide autour de moi pour évaluer les lieux. C’est petit ; Une pièce principale, dans la quelle nous nous trouvons, qui fait office de cuisine et de salon. Il y a un meuble TV tout droit sorti des années 80 sur lequel trône donc la télévision ; Une table en formica, pas très grande, avec deux chaises ; Un fauteuil qui fait office de canapé, complètement enfoncé et rongé, un modèle que je n’ai pas vu depuis bon nombre d’années ; Un évier et une gazinière ; Un vaisselier en bois des années 1900 pour ranger les provisions mais aussi la vaisselle. Il n’y a pas de bibelots, pas de cadres, pas de photos…Voilà, c’est la pièce à vivre de Mr Géranium… Simple, comme lui.

 

Je m’empresse de combler le vide, de parler et de rire tout en lui expliquant ce que nous allons faire. Pendant que je m'anime, il me regarde, me dit "oui", toujours en souriant cette façon si gentille. Voilà ce qui me perturbe sincèrement : Son sourire. Un sourire venant des lèvres mais pas seulement. C'est un sourire des yeux et du cœur. Un truc qu’on ne voit pas souvent. Pas un sourire de convenance ou de politesse, non. Mr Géranium me sourit le plus gentiment et le plus simplement du monde ! Un sourire pur.

 

Nous partons au petit Carrefour Market du coin. Monsieur fait de petites courses et je lui conseille, pour la fois prochaine, de faire une liste au fur et à mesure de la semaine pour ne rien oublier. A compter de ce jour, chaque fois que j’arriverai, il me tendra sa petite enveloppe avec sa liste de courses, tel un élève appliqué et fier. Même si pour le coup, la liste est quasiment toujours la même : Pain de mie, madeleines, steak haché, 1 filet de poisson, des oranges, 3 petites bouteilles de lait, 1 boite de purée, des crèmes-dessert. Bref, un petite liste presque identique chaque mardi. Au fur et à mesure du temps, je me permettrais de lui faire des suggestions afin qu’il change un peu et varie les plaisirs.

 

Peu avant Noël, Madame-la-directrice me demande d’accompagner Mr Géranium au centre commercial. Il a besoin d’une paire de chausson, d'une une paire de chaussures, de draps neufs. Je lui annonce la "grande" nouvelle en arrivant :

 

- Monsieur Géranium, aujourd’hui nous allons au centre commercial !!!

- Le nouveau ?

- Oui le nouveau, le grand ! Ça va nous changer du Carrefour Market !

Je lui dis dans un large sourire pour lui montrer que ça me fait plaisir de l’emmener là-bas.

 

Je me gare dans le parking sous-terrain, le fais sortir de la voiture et le dirige vers l’entrée du centre commercial. Il ne connait pas du tout l’endroit et semble un peu perdu. Le petit monde de Mr Géranium vient de s’agrandir d’un coup ! Nous prenons l’escalator et ses yeux s’ouvrent comme de grosses billes. Il regarde de droite et de gauche ; Tout le centre est décoré pour les fêtes de fin d’années. Chaque magasin offre ses plus belles vitrines lumineuses. Ça brille et ça clignote de partout... et surtout dans les yeux de Mr Géranium.

 

Je retrouve le regard d’un enfant. Je marche doucement pour le laisser regarder, se régaler… C'est un moment émouvant. De temps à autre, il se tourne vers moi avec ce sourire innocent. Il a l’air content. Il me dit que c’est beau et je ferme les yeux en signe d’approbation. Je suis ravie de l’avoir emmener et de partager ce joli moment.

 

Hélas, le tic tac infernal va nous rattraper. En effet, nous disposons de 2h et il faut encore acheter les draps, les chaussons, les chaussures et faire les courses ! A présent, je dois le hâter un peu car il me reste une intervention après lui et je ne peux pas me permettre d’être en retard. 

 

Par la suite, j’ai raconté ce petit épisode heureux à Madame-la-directrice et elle m’a encouragé à recommencer. Elle a ajouté sur mon planning, de nouveau créneaux horaires dont Mr Géranium pouvait bénéficier, avec carte blanche pour l’emmener partout ; Faire des devis pour tout ce qui lui manquait, comme changer son vieux fauteuil duquel il a tant de mal à se relever.

 

Les semaines s’écoulent ainsi au rythme de 3 visites par semaine. Il m’attend chaque fois et toujours avec ce sourire si sincère, les sacs et la liste qui sont prêts, la porte d’entrée de l’immeuble entrouverte pour que je puisse rentrer directement. Il faut dire que dans le petit monde de Mr Géranium, il n’y a que l’infirmière et moi qui passons. Il n’a pas d’amis, plus de famille, il est seul. Seul dans son petit appartement, dans son petit monde.

 

Nous allons donc tous les mardis au "grand centre commercial" et petit à petit nous achetons des choses simples mais utiles : Un porte savon, une brosse pour les WC, un micro onde. J’essaye de donner une âme à ce petit logis si sommaire.

 

Monsieur se laisse souvent guider. Chaque fois il me suit. Alors, j’invente un nouveau "jeu". Je me gare chaque fois à une place de parking différente et c'est à lui de retenir la lettre et le numéro. Je lui explique comment, à l’aide de moyens dits "mémo techniques". Chaque fois que nous sortons de la voiture je lui demande de fixer quelques secondes la lettre et le numéro puis au retour, moment de rejoindre la voiture, je lui demande de m’y emmener.

 

Nous arrivons au mois d’août. Il fait chaud, très chaud et en faisant les courses Mr Géranium me dit qu’il s’achèterait bien des glaces mais comme son petit frigo n’a pas de congélateur et que les glaces ne se vendent pas à l’unité, du coup ça fait des années qu’il n’en mange plus ! La gourmande que je suis est ulcérée !

 

La semaine suivante, les températures n’ayant cessées de grimper, la canicule étant même de mise, j’ai une idée ! Avant d’aller faire les courses, je propose à Monsieur un petit détour dans la galerie marchande du "grand centre commercial". J’ai repéré un endroit où l’on vend des glaces ; Des cornets avec des boules et des glaces à l’italienne ! Devant l'étal, je lui propose :

 

- On a un peu de temps, si vous avez suffisamment de sous, ça vous dit une glace ?

Il acquiesce de suite, visiblement ravi !

 

Je l’emmène choisir sa glace et comme il a l’air un peu perdu, je l’aide un peu à choisir : une ou deux boules, le type de cornet et le parfum. Puis j'en choisi une, moi aussi : Une à l’italienne, une double vanille/chocolat. Je lui montre un endroit pas très loin pour aller nous assoir et nous allons savourer chacun notre glace, assis l’un à côté de l’autre, tout en regardant les gens passer, dans un silence presque religieux. Je le regarde et lui dit : 

 

- Hummm ! C’est bon hein ? Cette grosse glace ? On la mérite bien. Ça rafraîchit ! ... Je termine

ma phrase dans un rire : Mr Géranium a du chocolat autour de la bouche ! Je lui tends une serviette pour qu’il s’essuie et nous rions ensemble. Nous jetons ensuite les serviettes à la poubelle avant de reprendre le charriot pour aller faire les courses.

 

Dans le cas de ce trésor trouvé, j'ai très vite compris, au delà des courses ou de l'entretien, que ma mission était de faire de mon mieux pour agrandir, non pas le logis de Mr Géranium mais son petit monde. Ouvrir l'horizon de Mr Géranium.

 

Je serais malheureusement ralentie par un évènement inattendu : Sa tutelle a téléphoné pour lui annoncer qu’elle quittait son poste et qu’elle serait remplacée ; Que le cabinet de tutelles reprendrait contact avec lui pour l'informer de qui reprendrait son dossier. Cela a stoppé net nos ambitions d’acheter un lave linge (Monsieur lave ses draps à la main dans la baignoire !) un fauteuil, un frigo… Madame-la-directrice m’ayant confirmé qu’il avait le budget pour acheter toutes ces choses essentielles mais, sans tutelle, nous ne pouvons rien faire.

 

Je suis déçue et lui aussi. Nous avions déjà fait des devis, tout déposé en ordre mais tout est resté en suspens. Rien ne lui a jamais été livré et au bout de cinq mois, malgré mes relances auprès de Madame-la-directrice, nous n’avons à ce jour aucune nouvelle du cabinet des tutelles.

Publié dans Mon jardin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article